Le Parc du Marquenterre, accueillant par Nature !

Dans cet opus dédié aux grands voyageurs, nous sommes allés à la rencontre de certains qui, légers comme leurs plumes, parcourent parfois plusieurs milliers de kilomètres, de la péninsule de Varanger au nord de la Norvège, à l’archipel des Galapagos en Guinée-Bissau. De l’été à l’automne et vice versa de la fin de l’hiver au printemps, au gré des saisons et des tempos de leurs rythmes naturels, ces nomades ont pour quête vitale de trouver un gîte dans leur longue odyssée. Ces voyageurs des courants d’air connaissent le havre de paix qu’offre le parc du Marquenterre, ce polder de 200 hectares gagné sur la mer où des hommes bienveillants les observent et transmettent leur amour aux autres hommes, petits et grands, venus des villes et des champs. Connais-tu ce lieu, lecteur ? Non ? Alors suis-nous.

Le vent d’Est souffle dans les pins du littoral de la Baie de Somme, en ce début de printemps, il est bon de retrouver Philippe Carruette, le maître des guides nature, autour d’un bon café dans la chaleur enveloppante de la Maison du Parc. Il nous livre d’une voix douce, un sourire juvénile accroché aux lèvres, l’amour qu’il porte aux oiseaux et à la nature depuis sa plus tendre enfance du côté de Poix-de-Picardie. Son regard bleu s’illumine lorsqu’il évoque sa rencontre avec le fondateur du Parc, Michel Jeanson, quand il était adolescent, son apprentissage, ses découvertes et son étude de la nature vivante sans cesse renouvelés au fil des saisons et des années, jusqu’à ce que ce soit son tour de transmettre et de former. C’est enfin avec passion et fierté qu’il évoque la formation unique en France de Guide Nature, créée avec l’université Jules Verne, dont il est l’un des instigateurs et acteurs. Ici, nulle place au cloisonnement : la démarche scientifique est indissociable de la démarche de transmission au public, ceux qui veillent sur les oiseaux sont aussi ceux qui enseignent aux humains. La démarche fait des émules et remporte les suffrages auprès des visiteurs. Quoi de plus passionnant que d’écouter un passionné ?

Longue-vue sur l’épaule droite et un pochon vert, dont on ignore encore le contenu, dans la main gauche, Philippe nous guide nez au vent ou plutôt regard en l’air pour un petit tour de découverte. Nous faisons escale face au premier plan d’eau où nous observons avec joie la valse nuptiale d’un couple de cygnes. Il est temps de dévoiler le mystère du pochon d’où Philippe libère un jeune colvert bagué du matin pour une étude scientifique. Après avoir observé comment le fier canard réussit en quelques battements d’ailes à rééquilibrer son vol nous évoluons vers la héronnière où les cigognes commencent à affluer depuis l’Afrique ou l’Europe pour se reproduire, nous dénombrons 8 couples. En compagnie des spatules qui se cachent à nos regards pour se protéger du vent froid du jour, elles seront près de 20 fois plus au prochain mois de mai ! À saisir l’attention et l’émerveillement du groupe d’enfants et d’adultes en visite ce matin, nous ne pouvons que t’inviter cher lecteur à venir par toi-même faire l’expérience…

De nombreuses manières te sont proposées pour vivre le chaleureux accueil offert par les acteurs du parc, guides et agents. À pied, en groupe ou en solo, guidé ou en visite libre, en calèche, en initiation, en rencontre nature ou en stage photo, tu as le seul embarras du choix. Et pour partager cette expérience autour d’un délicieux repas préparé à partir de produits de saison et de production locale par Benoît et Hélène, pensez à déjeuner au Restaurant du Parc, votre appétit éveillé par le grand air y sera comblé. Pour préparer votre visite, rendez vous sans attendre sur baiedesomme.fr.