H COMME POINTS HAUTS

A la tombée de la nuit, elles quittent leur gîte et se mettent en chasse, voltigent avec une efficacité redoutable sillonnant ainsi les plus hauts sommets de nos paysages. Elles ont su inspirer artistes, cinéastes, fous volants et aventuriers des airs. Vêtues de noir, les chiroptères sont celles « qui volent avec leurs mains ». Dotées d’une vue équivalente à la nôtre, mais habituées des balades nocturnes, elles ont développé un sixième sens : l’écholocation. Un système incroyable qui, outre le fait d’avoir inspiré le sonar, permet d’éviter les chevelures, même les plus fournies !

Aux mains défaites de plumes, comme vous et nous, certaines d’entre elles, bons voiliers, comme les Pispistrelles de Nathusius, sillonnent volontiers nos deux régions et parfois bien plus. Fortes de leur écholocation qui leur permet de voir avec leurs oreilles, elles dressent une carte de l’espace aérien. Maîtrisant plusieurs techniques de vols, y compris le vol stationnaire très efficace de l’Oreillard, elles connaissent et maitrisent tous les recoins de nos territoires. Espaces naturels, vieux bâtiments ou constructions plus modernes, elles investissent les lieux les plus hauts de nos régions, nous invitant à découvrir quelques uns des espaces préférés des seuls mammifères volants : les chauves souris.

Commençons notre voyage par les plus hauts sommets des rivages  des Hauts de France et de Normandie !

Situé entre les Flandres et la Baie du Mont-Saint-Michel, ces rivages forment un linéaire côtier de 1230 km. Ce littoral est composé d’une grande diversité de paysages. Nous vous invitons à découvrir parmi les plus hautes falaises d’Europe.

Le Cap Blanc-Nez est situé à Escalles dans le Pas-de-Calais. Il s’agit de la falaise la plus septentrionale de France. Au-dessus d’un estran rocheux, ses falaises s’élèvent jusqu’à 151 m selon le Conservatoire du littoral. Il forme, avec le Cap Gris-Nez, 10 km plus au sud, le Grand Site des Deux Caps, labellisé Grand Site de France. Cet ensemble est l’un des sites emblématiques du Parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale, et l’un des plus attractifs du nord de la France, avec plus 2,5 millions de visiteurs par an. Par temps clair, on peut y observer distinctement les falaises des côtes anglaises, le Cap Gris-Nez et la baie de Wissant à l’ouest, la plaine flamande au nord, les collines du Boulonnais au sud-est.

En Normandie, le Nez de Jobourg est connu pour son panorama de falaises culminant à 128 mètres, aussi parmi les plus hautes d’Europe. On y découvre ses grottes et sa faune en arpentant le chemin des douaniers. Le nez de Jobourg est un promontoire rocheux de gneiss situé à l’extrémité méridionale du cap de la Hague. Il s’agit de la zone géologique la plus ancienne du Cotentin, datant du Précambrien soit il y a deux milliards d’années. C’est le second site naturel le plus visité de la Manche, après le Mont-Saint-Michel.

Enfin, entre les points les plus à l’Est et les plus à l’Ouest s’étendent une succession de falaises: Etretat, Dieppe, Criel, Le Tréport, Mers-les-Bains à 99 mètres au dessus de la mer, Ault… des falaises blanches, recouvertes d’une épaisse couverture d’herbe verte, à peine entrecoupées par de courtes « valleuses », petites brèche donnant accès à la mer. Sur le Mont Joli-Bois, à 106 mètres de hauteur, un paysage à 360° à couper le souffle s’offre aux promeneurs désireux d’en prendre plein la vue et de s’oxygéner ! En prenant la direction du Nord, vous découvrirez les côtes anglaises en vous arrêtant sur le Mont de Couple, situé à Audembert à 162 m d’altitude. Ce site naturel offre une vue imprenable sur le détroit du Pas-de-Calais et les côtes anglaises.

Quittons le littoral pour retrouver les points culminants situés dans les terres de nos deux régions. L’histoire des grandes villes des Hauts de France et de Normandie a fait naître des bâtiments parmi les plus élevés d’Europe.

Tels deux phares jumeaux, les deux cheminées en béton armé de la centrale thermique EDF du Havre sont hautes de 240 mètres, point le plus élevé de Normandie. Depuis le 7 février, elles sont parées de lumières visibles à 50 km à la ronde pour célébrer les 500 ans de la ville. Ce programme illuminera les cheminées jusqu’au 30 avril 2017 cédant la place, durant l’été, à un autre projet. Autre point haut du Havre : L’Eglise Saint-Joseph. Edifice emblématique du centre ville reconstruit par Auguste Perret. Haute de 107 mètres elle est premier monument que l’on voit en arrivant par la mer. Bien entendu vous pourriez admirer ces mises en lumière du Pont de Tancarville qui culmine à 123 métres de haut et des 215 métres du Pont de Normandie.

La cathédrale Notre-Dame de Rouen, construite de 1825 à 1876, culmine à 151 mètres de hauteur. Elle est la plus haute de France et était le plus haut bâtiment du monde au moment de son achèvement en 1876. Elle reste la deuxième plus haute cathédrale du monde. La Tour des Archives de Rouen, haute de 104 mètres, est le deuxième point le plus haut de la ville, avant les « papillons » du Pont Gustave-Flaubert haut de 85 mètres.

En Pays de Bray, culmine Le point le plus haut de la Seine-Maritime sur la commune de Conteville au sud-est de Neufchâtel-en-Bray avec une altitude de 247 m. Le soulèvement géologique d’origine de 5 à 600 mètres d’altitude a été abaissé par l’érosion, mettant en évidence des côtes ou cuestas crayeuses de 60 à 100 m de dénivellation et créant ce relief caractéristique.

La Cathédrale Notre-Dame d’Amiens, plus vaste cathédrale de France par ses volumes intérieurs avec ses 200 000 m3. D’après le livre « Notre-Dame d’Amiens » publié en 1833 par Antoine Pierre Marie Gilbert, la hauteur totale depuis le pavé de l’église jusqu’au sommet de la flèche, y compris le coq, serait de 128,64 m. La hauteur sous voûte est de 42,30 mètres, proche du maximum supportable pour cette architecture. Désigné comme le plus vaste édifice gothique au monde ! Elle est inscrite depuis 1981 au patrimoine mondial de L’Unesco. Non loin de là, s’offre à notre regard la Tour Perret conçue par Auguste Perret dans le cadre du plan de reconstruction à la suite de la Seconde Guerre mondiale. La Tour, dont la construction s’échelonna de 1948 à 1954, constitua à l’époque un exploit quant à l’utilisation du béton armé. Initialement haute de 104 mètres sur 26 étages, elle mesure depuis 2005, 110 mètres en raison de l’ajout d’un cube de verre actif. Elle fut longtemps le plus haut gratte-ciel d’Europe de l’Ouest.

 

En direction de Lille et du littoral, selon la route que vous empruntez, vous découvrirez les Monts du Nord : Mont Vert à 212 mètres, Mont Dauphin à 203 mètres, Mont des Cats, célèbre pour son fromage et sa communauté de moines trappistes à 164 mètres ou le Parc de loisirs d’Olhain, considéré jadis comme la plus basse station de ski en France à 181 mètres d’altitude !

En arrivant sur la métropole des Flandres, vous découvrirez La Tour de Lille. Oeuvre de Christian de Portzamparc, c’est une tour de bureaux surplombant la gare de Lille Europe caractérisée par son architecture en forme de botte. Haute de 116 mètres, avec une surface de 18 135 m2, elle est la cinquième plus haute tour de province derrière la tour Incity à Lyon, la tour Part-Dieu de Lyon, la tour CMA-CGM à Marseille et la tour de Bretagne à Nantes.

Si la tour a cette forme, ce n’est ni pour représenter une chaussure, ni pour représenter un L (pour Lille) mais pour répondre à des contraintes techniques bien réelles et notamment celle de faire un bâtiment-pont au-dessus de la gare de 70 mètres de long et atteignant en un point au moins la hauteur de 100 mètres.

Le beffroi de l’Hôtel de Ville de Lille, figure historique et politique, tout aussi visible, inauguré en 1932 et conçu par l’architecte Emile Dubuisson, est quand a lui le plus haut d’Europe. Le beffroi en brique rouge et béton « façon pierre sculptée » accueille une belle collection d’œuvres contemporaines, qui complète celles qui décorent les différentes salles municipales. Avec ses 104 m de hauteur, ce beffroi est le plus grand bâtiment municipal de France. Il est classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

En quelques centaines de kilomètres, nous vous avons fait sillonner les plus hauts sommets de notre région. Vue d’en haut ou d’en bas, ces sommets vous provoqueront frissons et étonnements.