Un Havre de cultures

« Comment restituer une ambiance, retrouver la profondeur d’une cité, à travers des gestes artistiques qui voudraient faire danser la ville. »

Jean Blaise s’est rendu au Havre pour la première fois, un week-end de 2005, curieux de découvrir cette ville portuaire qui venait d’être classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Le créateur du Lieu Unique, l’initiateur de Voyage à Nantes et d’Estuaire, est immédiatement séduit par l’atmosphère du lieu, sa lumière, ses contrastes, ses reliefs, l’impression d’espace induite par l’architecture de la ville, son air de bout du monde.

A l’invitation d’Edouard Philippe, Jean Blaise accepte, sans l’ombre d’une hésitation, d’imaginer et d’orchestrer « Un été au Havre » : 5 mois de manifestations culturelles et populaires pour révéler au monde l’identité unique de cette ville ouverte sur la mer. Lorsqu’on l’interroge sur le fil conducteur de sa direction artistique, Jean Blaise nous livre qu’il a d’abord arpenté longuement avec son équipe les rues et les quartiers de la ville afin d’en saisir les traits de caractères révélateurs de son identité. Il a ensuite invité les artistes de sa programmation à « animer » la ville au sens noble du terme ; soit à révéler par leurs productions contemporaines l’âme du Havre.

Les festivités débutent le 27 mai et se dérouleront jusqu’au départ de la 13e transat Jacques Vabre le 5 novembre. Dans ce numéro, où vous l’aurez compris nous avons aimé vous faire prendre l’air, et au fil des deux prochains, L’audacieux magazine aura le plaisir de vous faire découvrir les audaces culturelles d’Un Eté au Havre.

L’âme du havre

Jean Blaise, cet initiateur de « la culture qui se produit directement dans la rue, des événements qui occupent l’espace public », a imaginé avec son équipe quatre parcours dans la ville pour que les visiteurs puissent saisir l’âme du Havre.

La ville Perret

Le premier parcours, initiatique, musardant à travers le cœur du Havre et le long du littoral, s’envisage comme la découverte d’un dialogue entre, d’une part, l’œuvre architecturale d’Auguste Perret qui a redessiné le centre de la ville et, d’autre part, les villas fin XIXe – début XXe en bord de plage. Ce dialogue est ponctué par les œuvres monumentales commanditées pour l’événement.

Vers le port

Cette déambulation offre des perspectives exceptionnelles sur la ville portuaire et les quais qui la bordent. Le parcours débute par la monumentale rue de Paris où l’artiste Surasi Kusolwong invite le voyageur à se prendre au jeu du Gold in the cube. Il mène ensuite à l’œuvre monumentale de Vincent Ganivet, non loin du lieu où Claude Monet a peint sa célèbre Impression, soleil levant. Au Port Center, le parcours révèle la pièce sonore immersive de Charlotte Roux pour aboutir au MUMA et ses grandes expositions.

Les escaliers

Cette balade offre une passerelle entre le centre et la ville haute mais aussi une passerelle entre l’espace public et l’espace privé. Emprunter le funiculaire offre un aperçu de l’intimité de la ville, de ses cours et jardins invisibles du sol. Cette ascension mène le visiteur jusqu’au Fort ! de Tourneville, cœur effervescent de la création havraise, en passant par la découverte des créations de Julien Berthier, Stéphane Thidet et Vincent Ganivet pour le Portique.

Les bassins

Cette déambulation fait écho au lien fort qui unit la ville à l’eau depuis ses origines. Un bassin en appelant un autre, une œuvre en appelant une autre, le visiteur pourra le temps d’une saison se restaurer au marché aux poissons jouxtant le bassin Notre-Dame, le temps d’une parenthèse entre deux découvertes culturelles et havraises.

Mises en bouches artistiques

Loin de nous l’idée de vous révéler l’ensemble des créations monumentales qui ponctuent et animent la citée havraise : nous désirons vous laisser la primeur de la découverte. Nous avons simplement sélectionné subjectivement trois œuvres qui nous ont fait battre le cœur et qu’il nous tarde de voir en « vrai » !

Vénus et Mars – Félicie d’Estienne d’Orves

Cheminées EDF

Le Havre a toujours regardé loin devant : ses chalutiers partaient pêcher en Terre-Neuve, ses paquebots croisaient vers New-York, ses cargos foncent vers les mers du sud, du nord, partout.

Et si le Havre portait son regard plus loin encore, voire même plus haut ? S’il se faisait port cosmique ? C’est ce qu’a imaginé l’artiste Félicie d’Estienne d’Orves, qui transforme la centrale thermique EDF en balise spatiale.

Les passagers du son – Charlotte Roux

Port Center, installation sonore

Nous sommes les passagers de l’artiste havraise qui nous entraine en dix escales à travers de fascinants paysages sonores. Paroles, chants, bruits nous racontent les quais, les docks, les cargos du Havre. Nous prendrons place à bord du Port Center, vaisseau translucide posé en bord de mer, pour une odyssée sensorielle.

De rade en rade – Franck Gérard

8 bars dans la ville

« Au mois de février 2016, j’ai débarqué pour la première fois de ma vie au Havre. Je me souviens encore de ces instants où j’ai posé le pied hors du train pour commencer à arpenter la ville, où j’ai senti son odeur si particulière. (…)

J’ai marché, j’ai erré, tout comme j’aime tellement le faire, j’ai parlé dans la rue à ceux d’ici, et j’ai commencé à franchir les portes. J’ai bu trop de café, j’ai bu trop de bières, surtout qu’ici on n’est pas avare : on se retrouve vite avec un verre devant soi que son voisin, rencontré il y a à peine quelques minutes, nous fait servir. Le temps passe aussi, comme ailleurs, mais c’est différent ; on parle de tout à ses compagnons de comptoir, on lit les nouvelles et on s’en donne… pas besoin d’avoir un immense écran hypnotique devant soi, c’est la vie qui est là… le zinc résiste encore, mais pour combien de temps ?

Entre deux bars, j’ai photographié la ville, de temps en temps. J’ai commencé à rentrer en amour avec elle, avec son vent, ses ciels, sa forme si unique et toute cette eau qui la compose. Certains ont refusé que je fasse leur portrait, mais ceux qui ont accepté vous accueilleront si vous passer par là… si vous croisez Dorine, Christian, Amar, Christine et les autres, n’hésitez pas à dire que vous venez de la part du « photographe »… »

Audacieux lecteur si, comme nous, tu aimes les histoires, les cultures et les gens du bout du monde, qui par un heureux hasard sont à quelques encablures de ta rue. Offre-toi, le temps d’un week-end, une escapade à la découverte d’Un Été au Havre.

Plus d’infos : uneteauhavre2017.fr