Cacao quand tu nous tiens

En cherchant le plaisir, les hommes ont peu à peu inventé l’art de déguster et de croquer le chocolat. Comme la découverte des vins, de la musique ou de la peinture qui possèdent leurs propres techniques, la dégustation du chocolat est régie par quelques principes, mais rassurez-vous, c’est bel et bien l’expérience qui permet d’enrichir nos sens.

Et comme le savoir augmente le plaisir, voici donc en toute simplicité quelques conseils pour bien déguster le chocolat : Le choix du chocolat. Les « criollos », les « forasteros » auxquels s’ajoutent les « trinitarios » s’offrent à vous en terme de variétés. Géographiquement la Côte Ivoire, le Ghana, l’Indonésie, L’Amérique centrale et du sud s’offrent à vous. Comme pour l’huile d’olive et le vin, le terroir est important et fabrique le goût. Pour vous repérer dans l’univers du chocolat, sachez enfin qu’i existe plusieurs appellations : le chocolat « normal », chocolat d’origine est issu d’une seule provenance de cacao, le Chocolat de crus est celui dont les fèves proviennent d’une zone géographique spécifique ou d’une seule plantation et enfin les chocolats grands crus sont fabriqués avec des fèves d’une zone unique et de haute qualité.

Pour bien déguster le chocolat, plusieurs conditions idéales à réunir : La température et le bon moment : Le chocolat doit être à sa bonne température idéale de dégustation (20°C à 25°C) et sachez vous mettre dans le bon état psychologique, c’est à dire à jeun d’au moins deux heures et si possible ressentir la faim.

Une peu de connaissances : En premier lieu, il vous faudra découvrir les saveurs de base du chocolat qui sont : l’amertume, l’acidité (le moins possible), le sucré, l’astringence (le moins possible), le sel (selon les intérieurs). Le cacao doit être amer sans âcreté, cette amertume est noble.

Passons à l’action :

  1. Ouvrez l’oeil !: Distinguez le banal de l’exceptionnel !
  2. Humez-le !: Son parfum chatouille délicieusement le nez et excite les papilles.
  3. Cassez-le ! Sa brisure est toute nette, son parfum s’intensifie.
  4. Croquez-le ! D’un bruit sec, il craque et se brise.
  5. Croquez-le encore ! Voyez comme sa texture est fine, moelleuse sans être grasse, légère… et comme il fond doucement sans empâter…
  6. Appréciez son bouquet et sa longueur en bouche ! Percevez-vous les notes subtiles et riches des fèves Criollos d’Amérique du Sud, celles plus corsées des fèves Trinitarios des Caraïbes qui persistent délicieusement sous le palais ?
  7. Fermez les yeux ! La combinaison subtile des notes amères et des notes sucrées. Une amertume sans âcreté avec une acidité tout juste perceptible, servie par une saveur sucrée dont le rôle exact est de rendre l’amertume plus fine et plus nuancée…

 

Et pour conclure, Partagez ce plaisir !