Jardin connecté

La passion du jardin et du patrimoine entraîne des passionnés à cultiver des réseaux qui y sont favorables. Pour François Lecomte-Vagniez, point de bureau ultra moderne mais un domaine floral pour croiser passion et savoir-faire. Le domaine de la Roseraie situé à Sains-en-Amiénois (80), bâti en 1866 par un ancêtre de la famille, Bénoni Vagniez-Fiquet fondateur d’une entreprise spécialisée dans la toile denim qui fut l’une des plus florissantes de Picardie dans les années 1830. Audacieux personnage de l’époque, Bénoni Vagniez-Fiquet créa le Prix de Vertu en 1872 et fut proclamé « l’un des bienfaiteurs de la classe ouvrière » en 1878. A n’en pas douter, la trajectoire de vie de l’aïeul de François Lecomte-Vagniez les a inspirés, lui et son épouse Christine, à être audacieux dans leur démarche et à valoriser la propriété de la Roseraie.

L’activité de François, ancien professionnel de services mobiles sans contact, est le fruit d’un constat simple : alors que la transformation digitale impacte tous les secteurs économiques, les applications adaptées aux parcs et jardins sont encore peu développées et plutôt dispersées. Il manquait un lieu totem pour démontrer les usages de la jardinétique et imaginer les services de demain. François l’a créé autour du projet Jardigital de la Roseraie Concept qui consiste à rassembler sur un même espace un ensemble large et diversifié de solutions digitales.

L’objectif de François Lecomte-Vagniez n’est pas simplement de montrer ce qui existe mais de fédérer l’écosystème émergent de la jardinétique pour démontrer les usages possibles du digital dans les jardins, pour stimuler l’intelligence collective des professionnels et des amateurs de jardins et  co-concevoir les produits et services connectés de demain. La Roseraie Concept était présente au CES (Consumer Electronic Show) à Las Vegas en début d’année 2017 pour explorer les solutions qui pourraient être présentées ou installées à la Roseraie et inspirer de nouveaux usages connectés au jardin.

Aujourd’hui, le Fablab du Jardin Connecté situé à la Roseraie évalue notamment les produits et les services commercialisés qui peuvent être achetés par des professionnels ou des particuliers, comme les robots tondeuses, les systèmes d’arrosage, les systèmes de mesure ou d’évaluation connectés par le biais de capteurs ou de drones. Ce Fablab présente également des concepts expérimentaux tels que les étiquettes interactives ou les chatbots (robots conversationnels).

Le jardin connecté est le fruit d’une connexion permanente avec d’autres acteurs en mode développement de concept, parmi lesquels : Plantnet qui procède à l’identification des végétaux photographiés, le « Shazam » du jardinier ; Eggs Iting, le poulailler connecté ; Hostabee et sa ruche connectée ou encore Orange France.

Le jardin connecté est un marché émergent. « Les solutions sont peu nombreuses et leur intérêt pour le consommateur est limité. Tout reste à inventer, ou presque » comme aime à le dire François.

 

http://www.jardigital.fr