Réinventons l’informatique !

Il est des Start-up dans l’univers des nouvelles technologies qui vous démontrent qu’un plus un égale trois et vous de vous interroger sur le fait qu’un plus un n’égale plus deux. Je me dis que si j’ai bien compris, on s’écarte des mathématiques psycho-rigidifiés pour entrer dans la philosophie, mais quelle philosophie. N’étant en réalité ni mathématicien, ni philosophe mais simplement curieux des deux disciplines je m’interroge sur l’alliance des sciences humaines et des sciences mathématiques. Et c’est à la rencontre d’Atman Kendira, fondateur d’Ubikey que la chose se simplifie. La formation multidisciplinaire d’Atman l’a conduit à tracer sa démarche de recherche et d’entreprises au fil de ses observations des comportements humains, des pratiques et des usages considérant que la technique ne devenait une réponse utile que quand elle avait intégré les usages.

Pour revenir à notre addition première, chez Ubikey, on est convaincu qu’un plus un égale trois pour une raison simple. En effet, plusieurs personnes travaillant ensemble sur un projet valent plus que la simple somme de leurs compétences, mais à la condition de collaborer efficacement. Cette collaboration passe par une communication et un transfert des connaissances permettant de construire une vision commune du projet. Selon cette approche, chaque personne avec ses forces, ses faiblesses, ses compétences spécifiques, ses connaissances et ses lacunes, est à la fois précieuse et incomplète. Tous les projets ambitieux reposent sur une équipe soudée capable d’échanger et de travailler ensemble pour surmonter les difficultés et atteindre ses objectifs. Et ce, depuis la préhistoire et la chasse au Mammouth !

Très concrètement, la démarche d’Atman au fil de ses recherches s’est constituée autour des postes de travail sur lesquels nous passons étonnamment beaucoup de temps pour conserver nos données, nos efforts, notre créativité. Force est de constater que nos postes de travail modernes sont individuels et ne sont pas conçus pour favoriser la communication et la collaboration. La démonstration d’Atman continue d’être simple et explicite : organisons les choses et repensons les façons de travailler afin de remettre l’équipe au centre des méthodes de travail.

Travailler l’horizontalité.

Pour cela et malgré l’étendue des supports de travail que nous pouvons utiliser au quotidien, malgré nos préférences pour un système d’exploitation de nos ordinateurs, de nos tablettes, difficile de partager intelligemment ce que j’ai sur mon ordinateur avec le poste de travail de mon associé ou de mon collègue. Au sein de l’équipe de L’audacieux magazine, les périodes de bouclage nous donnent toujours envie de voir surgir une immense table sur laquelle la graphiste, les commerciaux, les rédacteurs, les photographes pourraient interférer et collaborer en direct. Eh bien, ils l’ont fait ! Ubikey, historiquement implantée dans les Hauts -de-France au sein de l’UTC de Compiègne a inventé, n’ayons pas peur des mots, une solution composée d’une table et d’un tableau tactiles de grandes dimensions associés à une suite logicielle multi-utilisateurs. Leur plateforme, un peu comme une base spatiale, vient se greffer à notre système d’information, permettant de récupérer le contenu de celles-ci, et de collaborer immédiatement.

Ubikey a inventé un support de solidarité effective permettant d’associer les compétences des uns et des autres pour être plus efficace immédiatement. Parce que l’on est toujours plus actif et réactif à plusieurs, et que les capacités cognitives individuelles ont naturellement des limites, l’intelligence collective et les nouvelles technologies deviennent une source de progrès. C’est en 2009, à l’Université de Technologie de Compiègne, que l’idée est lancée avec pour constat technique que les interfaces numériques existantes ne sont pas adaptées au travail collaboratif. C’est le début du projet TATIN (Table Tactile Interactive) dont l’objectif était de créer une plateforme numérique permettant d’optimiser ce travail collaboratif. Il s’appuie sur deux innovations principales :

  • Une interface horizontale, dont les dernières publications de l’époque viennent de démontrer la meilleure efficacité dans les activités de brainstorming.
  • Et une interface conçue pour être utilisée simultanément par plusieurs utilisateurs.

Les prototypes et les expérimentations se succèdent jusqu’en 2013 où le projet est remarqué par Airbus Defence & Space. Débute une collaboration avec Airbus et naît Ubikey à l’initiative d’Atman.

« Je suis d’une génération bercée par les jeux vidéo, passionné par la 3D, les jeux vidéo, la modélisation 3D et j’ai découvert la réalité virtuelle à l’UTC de Compiègne. Au fil de ma formation d’étudiant, originaire de Jeumont, j’ai quitté temporairement la Picardie et mon Nord pour effectuer un master recherches à l’école des Mines de Paris et un doctorat en réalité virtuelle. À la suite de ma Thèse, j’ai pu croiser mes recherches avec celles d’un ami de l’UTC qui travaillait sur la collaboration d’entreprises ; les collaborations présentielles et le principe des tables tactiles retenaient toute son attention. Cet ami voulait revenir à une logique assez évidente aujourd’hui en faisant revenir les gens autour du feu, autour d’une table pour discuter et collaborer. Nous avons donc conçu des tables et notamment la plus grande table tactile du monde permettant de réunir dix personnes dans le même temps autour d’elle. Nous avons étudié les comportements des utilisateurs, verbaux et non verbaux, pour démontrer que cette base numérique apportait une meilleure communication entre les participants. »

On réinvente l’informatique.

En créant cette table collaborative horizontale, Atman nous confie avoir eu le sentiment de « réinventer l’informatique et l’ordinateur tout en développant une réflexion et une recherche sur les usages.» C’est la rencontre avec Airbus, et l’opportunité de mettre en œuvre un dispositif toujours en recherche au sein d’une entreprise et de développer une solution logicielle qui active la démarche. En la circonstance, le nerf de la guerre est de développer un système opérationnel qui permet tout simplement de tourner une fenêtre de travail sur une table horizontale ou d’écrire à plusieurs dans un fichier Word ou enfin de manipuler à plusieurs le même ordinateur. « Nous nous sommes débridés en développant notre système » nous confie Atman, conscient de provoquer une révolution dans le monde de l’Informatique.

« Notre réflexion croise les démarches d’organisation OBEYA, diffusées par Toyota ». L’Obeya (« grande salle » en japonais) est une pratique Lean de management visuel. C’est un lieu de collaboration intensive et ritualisée. L’information est disponible et gérée collectivement via des réunions courtes et périodiques. C’est un outil simple et efficace pour répondre aux enjeux de performance. « Notre apport est conséquent et répond aux attentes des entreprises en s’engageant dans la digitalisation des temps de travail collaboratif ».

Atman a créé Ubikey en 2015, une start-up aujourd’hui composée de huit personnes dans laquelle il développe avec son équipe des performances et des usages autour de ces tables horizontales. Le business model d’Ubikey est de proposer des outils collaboratifs en entreprise, matériels ou logiciels. Notre discussion avec Atman laisse deviner des champs d’investigation gigantesques pour cette révolution qui pourrait faire sourire tant la décontraction d’Atman est réelle quand il nous explique son cheminement, mais une révolution terriblement opérationnelle dans de nombreux domaines de notre société. À suivre…