La Memory chair de TOKUJIN YOSHIOKA pour MOROSO, l’alliance subtile de l’homme et de la nature.

Qui n’a jamais rêvé qu’un siège pût se modeler à la forme d’un postérieur, au gré de ses multiples inflexions, des répétitions de son contact ? La chose existe.

italien de mobilier. Cet artiste et designer japonais d’une quarantaine d’années a réalisé des œuvres qui sont exposées dans les collections permanentes du MOMA à New-York, du centre Georges Pompidou à Paris, du Victoria and Albert Museum à Londres et du Vitra Design Museum en Allemagne… rien que ça !
Lors du salon international du design de Milan de cette même année, apparaît pour la première fois la Memory Chair qui, comme son nom l’indique est une « chaise mémoire ». Grâce à sa matière en aluminium associée aux fibres de coton, elle épouse la forme du corps de celui qui s’y assoit. Se redessine, se renouvelle à l’infini… à mesure que délicatement mais néanmoins gracieusement s’y posent des paires de vous-savez-quoi.
Ainsi, suffit-il de s’y attarder pour en modifier l’aspect et devenir co-créateur d’une œuvre aussi subtile qu’unique dont la forme est une réponse poétique à son usage potentiel. Son design est inspiré des lois d’une nature mouvante respectée par Tokujin Yoshioka qui entend y sensibiliser le public.
Cette philosophie est aussi chère à Moroso, qui depuis plusieurs années met un point d’honneur à entretenir un lien étroit entre la qualité de ses meubles et l’impact qu’ils peuvent avoir sur l’environnement, en utilisant des processus de production propres et des matériaux naturels et recyclables.
Un pari audacieux et engagé comme on les aime à la rédaction !
À découvrir également sur le site internet du designer : http://www.tokujin.com