Sac à main créé en 1935 par Hermès, le Kelly, alors appelé « sac de voyage à courroie pour dame » sera rebaptisé à partir de 1956. Année où Grace Kelly sera prise en photo avec l’objet afin de dissimuler discrètement son ventre arrondi face aux objectifs.

Deux ans auparavant, Alfred Hitchcock avait suggéré à sa costumière de se rendre à la boutique Hermès avec la célèbre actrice afin de choisir des accessoires pour le film « La main au collet ». La future Princesse de Monaco tombera sous le charme de l’objet.
Sobre mais chic, souple mais solide, il a été conçu pour satisfaire les voyageuses les plus raffinées. Disponible en théorie, en plusieurs tailles, différentes matières et coloris, il est entièrement réalisé à la main par un seul artisan qui travaille sur un même modèle pendant plus de 20 heures.
Les ventes aux enchères affichent des records successifs pour un sac Kelly doublant, triplant parfois les estimations et atteignent des valeurs impressionnantes : 54 000 € une fois, 66 300 € deux fois, 73 700 € trois fois, adjugé pour un Kelly en veau bleu jean dédicacé par la Princesse Stéphanie de Monaco. On trouve parmi les acheteurs des professionnels, des intermédiaires et des particuliers désespérés de ne pouvoir trouver en magasin le sac tant convoité qu’ils sont prêts à payer plus cher qu’en boutique. Pour cause, il est nécessaire aujourd’hui d’attendre trois à quatre ans pour pouvoir s’offrir cette pièce de collection. Les enseignes Hermès ont même arrêté, depuis 2012, de prendre des commandes. Cela pourrait en rebuter plus d’un… mais non ! Les fidèles de la marque viennent et reviennent dans l’espoir que le modèle soit enfin disponible, ce qui est extrêmement rare. Pour ceux qui ne peuvent attendre, des stands aux puces de Saint-Ouen, plusieurs magasins vintages, et quelques sites Internet vendent des Kelly de seconde main au prix fort.
En considération de sa rareté, ce sac pourrait être élevé au rang d’œuvre d’art et, comme telle, prendre de la valeur avec le temps. Dans quelques années peut-être, les montants des ventes aux enchères grimperont des sommets encore jamais atteints. Alors pourquoi ne pas diversifier dès à présent ses investissements et s’offrir ce bel objet à l’élégance intemporelle ? Si bien entendu, le temps et l’argent ne vous font pas défaut.
Texte : Marion Houssin
Illustration : Nicola Costeux