audacieux-magazine-lesaudacieux-mel-kio-3

Ce duo, précurseur du design mural en France, raconte des histoires graphiques et poétiques dans l’environnement architectural. Mel est plasticien, Kio est auteure de mur : à quatre mains, ils créent des œuvres qui expriment l’intimité de manière monumentale.

L’aventure est née à Rouen en 2005. C’est là que tout a commencé. Depuis, la belle histoire se poursuit, rayonne depuis leur atelier d’artistes en plein cœur du Marais, à Paris, jusqu’ à l’étranger.

Raconter Mel et Kio c’est un défi. Il faut parler tout bas et prendre son temps. Mel et Kio déclinent un dialogue généreux, en offrant des œuvres poétiques qui mettent à nu l’intime et un univers onirique.

Mel c’est lui : il peint. Kio, c’est elle : elle écrit.

Ensemble, depuis leur rencontre, ils mêlent leurs inspirations et leurs références, partagent la passion des mots, du rythme, de la ligne, du trait. Mel et Kio poursuivent ce même projet : re-enchanter le quotidien, révéler la dimension poétique des lieux, faire voir un espace autrement.

Alors Mel esquisse la poésie de Kio quand Kio murmure ses mots pour faire rimer la calligraphie, les dessins et la peinture de Mel.

Au delà de l’univers onirique qui est leur territoire, l’originalité du duo tient dans les dimensions monumentales de leurs créations in situ. Sortant des limites du cadre, le duo, inscrit ses œuvres directement sur les murs, les plafonds, les vitres, les façades des lieux. Ils interviennent sur des échelles qui dépassent les mesures traditionnelles des œuvres d’art. Façades de bâtiments, murs de villes, vitrines, intérieurs d’hôtel, restaurants, bureaux, hôpitaux : les espaces d’expression sont sans limite.

Mel et Kio créent donc leurs oeuvres en fonction d’un espace donné. Le lieu est un acteur essentiel de l’œuvre. Il joue sa partition. Le duo pose son regard sur lui et propose un dialogue pour le révéler autrement.

De la même manière, la démarche artistique du duo est tournée vers les personnes qui vivent ce lieu. Dans leur création, Mel et Kio, au-delà de leur propre parcours artistique, sont soucieux du destinataire de l’œuvre, précisément parce que l’œuvre s’inscrit dans un lieu vécu par un usager. Que ce soit dans un hôpital, dans une école, dans une entreprise, dans un quartier, des gens vont « vivre avec » l’œuvre qui aura un impact sur eux.

Alors Mel et Kio donnent la parole au lieu qui livre une parole poétique, jamais hurlée, toujours murmurée et enveloppe celui qui le vit d’un univers insolite.

Participer à rendre le quotidien plus poétique : voilà un vrai leitmotiv dans le travail de Mel et Kio depuis toujours.

D’ailleurs, en cohérence avec ce parti-pris, d’enchantement du quotidien, le duo a créé il y a bientôt 10 ans, la marque Poetic wall® qui décline son univers à travers des textes poétiques et dessins à l’encre de chine fabriqués en vinyle, tous produits artisanalement à Mont Saint Aignan, sur les hauteurs de Rouen, au sein de leur studio technique Le Prédeau. Une façon pour les artistes de proposer au plus grand nombre un moyen de poétiser son quotidien en racontant des histoires graphiques sur les murs de sa maison.

La poésie est un prisme que Mel et Kio ont choisi de poser sur leur monde. C’est aussi ce regard qu’il porte sur la ville et plus largement sur l’espace urbain. Quand ils prennent la parole dans l’espace public, ils laissent la ville s’adresser aux habitants et leur parler d’elle directement. En gare, les murs parlent aux voyageurs.

Ils caressent toujours l’espoir d’une très grande narration poétique à l’échelle urbaine , une « Périgraphie urbaine® », concept qu’ils ont déposé, en attendant de trouver La ville qui les suivra dans ce projet. Il s’agit d’un parcours dans l’espace urbain, le temps d’un festival, pour découvrir une histoire onirique et poétique écrite et dessinée pour une ville donnée et exprimée sur quelques grands murs aveugles. Une narration à travers laquelle la ville prend la parole pour raconter aux passants, aux habitants ce qui se passe de l’autre côté de ces murs qui leur bouchent la vue….. « À bon entendeur salut ! »

Car s’emparer des murs muets et sans yeux, ou encore des palissades pour en faire des supports d’expression, participe de la « poétisation » de l’espace urbain. Historiquement, certains street artists participent de cette mouvance même si parfois, leur proposition est dans une tonalité qui n’évoque pas directement le poétique mais davantage l’énergique.

Tout ce qui peut susciter l’éveil de l’imaginaire, le sourire,
le plus intime dans l’espace urbain entre dans le cadre de la démarche défendue par Mel et Kio.

D’ailleurs, pour que la ville devienne vraiment poétique, on pourrait imaginer une multitude d’actions qui détourneraient des éléments du quotidien urbain pour en faire des objets poétiques. Juste poser un autre regard sur les choses, se laisser séduire, inviter et amener chacun à se laisser happer par  autre chose que la communication visuelle, par exemple, qui nous sature de messages.

Poétiser le quotidien jusque dans l’espace urbain : c’est une démarche engagée pour les artistes Mel et Kio, une manière de participer à une forme de « vivre mieux ».