audacieux-magazine-image-article-barbe

A la Renaissance, la barbe et la moustache sont des aspects incontournables de la mode masculine. Après une fin de Moyen-Âge très glabre, la barbe revient en force dans les cours européennes. Le changement s’opère au début du XVIe siècle.

Il touche d’abord la noblesse qui, pour se distinguer des gens du peuple mal rasés, porte une belle barbe pleine et fournie. Puis, au fur et à mesure des décennies, la mode gagne ceux qui l’avaient d’abord rejetée. Carrée, ronde, en pointe, épaisse, taillée, rase,… des formes multiples se déclinent tout au long du XVIe siècle. Au début du XVIIe siècle, la barbe se porte sous l’aspect d’un bouc et d’une barbiche puis elle finit par disparaître durant la première moitié du Grand Siècle.

La barbe est redevenue un mode distinctif et un atout de séduction. Quel entrain pour cette pilosité qu’il faut entretenir, développer, protéger. L’entretien de la barbe est un rituel qui remonte à des siècles et des millénaires. Le métier de barbier s’est construit au fil du temps, tantôt tonsor, perruquier, chirurgien, coiffeur barbier…

L’Art du Sabre

A contre pieds de la technologie anti poils organisée autour de rasoirs multi-lames, vibrants, massants, saisissants et aspirants le poil pour qu’il ne s’échappe pas, aller se faire raser devient un plaisir masculin. Se faire tailler la barbe dans les règles de l’art ! L’homme moderne préfère l’ambiance du barbier, lieu de causerie masculine, que de tenter l’aventure seul, devant un miroir, au risque d’endommager celle qui prend plusieurs semaines, plusieurs mois à se constituer, à grandir et à s’organiser.

N’en doutons pas le barbier du 21e siècle est un professionnel du rasage et du modelage, sans compter la maîtrise parfaite des soins à appliquer pour assurer un parfait entretien. Bien sûr, et avec le temps et les expériences, l’homme moderne se tourne vers les grands maîtres barbiers car l’art du travail est lié au maniement du sabre, aussi appelé coupe-chou, et à sa capacité à s’adapter à toutes les tendances du moment.

Les vertus de la Barbe

Le succès du retour à une pilosité naturelle est statistiquement démontré puisque si la fréquence du rasage dans les années 80-90 étaient de 7 à 14 fois par semaine, elle est descendue à 3,9 fois par semaine et même
1 fois par semaine chez les moins de 34 ans (étude menée en France par Wilkinson).

Outre le pouvoir de séduction magnétique de la barbe, des biologistes modernes ont démontré, preuves à l’appui, que les dames trouvent les partenaires avec des barbes plus attrayants que ceux qui n’en ont pas ; même si dans le même temps le reste du corps a tendance à se dépoiler…

audacieux-magazine-image-article-barbe-2

La barbe présente d’autres vertus aboutissant à une meilleure santé des hommes barbus :
Elle protège du soleil : une étude de l’Université de Southern Queensland a révélé que la barbe bloque 90 à
95 % des rayons UV, ce qui a pour effet de ralentir le processus de vieillissement et de réduire le risque de cancer de la peau.
Elle réduit les symptômes d’allergie et l’asthme : pour les hommes dont les allergies ou l’asthme sont liés au pollen ou à la poussière, les poils du visage près du nez peuvent agir comme un filtre et arrêter les allergènes avant qu’ils s’installent, toujours selon des experts affûtés.
Elle diminue les signes du vieillissement : les poils du visage maintiennent une meilleure hydratation et protègent le visage du vent et de l’air froid qui assèchent la peau.
Elle peut aider à batailler contre le rhume : toujours selon une parole d’expert, peut être moins affûtée que d’autres, la barbe est un isolant qui vous garde au chaud.
Enfin, elle réduit les infections. Le port de la barbe signifie la fin du rasage. Ce dernier est la principale cause d’infections bactériennes de la peau du visage, terminée la folliculite !

Une fois en bonne santé, rien ne vous empêche de vous passionner pour la structure que vous souhaitez donner à votre barbe : bouc, barbe négligée, barbe en pointe, barbe à papa, barbe au carré, barbe fleurie… elle est devenue le moyen d’affirmer son individualité, y compris au travail puisqu’elle est de plus en plus acceptée dans les entreprises. Il n’est peut être pas nécessaire d’opter pour le style Chabal, d’autres formes élégantes existent.

N’en doutons pas la barbe est un signe de la Renaissance du 21e siècle. Elle symbolise une vraie révolution
intellectuelle, culturelle, philosophique tout comme cette période qui s’étend du 15e siècle jusqu’au début du 17e siècle. Il y a eu une Renaissance de la culture et de l’art, une rencontre avec les cultures anciennes et espérons le comme au 16e siècle l’émergence de
grands peintres, sculpteurs, philosophes, leaders religieux, scientifiques… pas tous barbus.

Dire que notre période à vocation à créer de nouveaux ordres sociaux, de nouvelles sphères sociales, politiques, économiques, pourquoi pas. Grâce à qui ? A la barbe ?… N’exagérons rien mais restons bienveillants des évolutions pilaires qui symbolisent les périodes de Renaissance.