audacieux-magazine-article6-POivre-et-Sel1

« Le sel de l’existence est essentiellement
dans le poivre que l’on y met »
Alphonse Allais

Il est un couple inséparable. L’un est devenu le roi des épices et sans conteste l’épice la plus populaire, la plus répandue au monde. L’autre est inclassable, fruit de la mer ou fruit de la terre.

Le poivre et le sel forment un couple gastronomique mais aussi dans les supports de table : poivrière et salière. A quoi ressemble une table sans ces deux éléments !

Le poivre a été longtemps l’objet d’un très grand luxe. Comme c’est un stimulant des plus énergiques, on ne l’emploie que modérément dans la bonne cuisine.

Quand à son binôme le sel, son rôle est plus fondamental. Ni Condiment, ni épice, ni aromate, le sel n’est rien de tout cela. La seule certitude est que le salé est, avec le sucré, l’acide et l’amer, l’une des quatre saveurs fondamentales.

audacieux-magazine-article6-POivre-et-Sel2

Ne nous étendons pas sur les différentes sortes de poivre et de sel. Salière et poivrière se sont retrouvées face à un choix cornélien : se démarquer ou se ressembler. Globalement ils ont fait le choix esthétique de se ressembler. L’histoire de la porcelaine a démontré que poivrier et salière devaient se distinguer sur le dessus. Sur le dessus, une fois moulu, le plus souvent c’est le nombre de trous qui fait la différence : un ou deux pour le poivre, trois pour le sel. D’autres vous diront que le sel s’écrit en 3 lettres, donc 3 trous. Dans ce cas, pour le poivre il faudrait 6 trous. Bref, les industriels ont trouvé la solution à cette situation en inventant le broyeur, plus élégamment présenté comme moulin à sel ou moulin à poivre. zéro trou. Merci Monsieur Peugeot and Co. Si le profil esthétique du moulin broyeur sel ou poivre est toujours aussi identique extérieurement, ses dessous cette fois-ci sont très différents. Le broyeur du moulin à poivre est constitué d’acier taillé tandis que le broyeur du moulin à sel est fait d’un acier inoxydable 10/18. Les plus élaborés de ces broyeurs permettent d’affiner la taille du grain une fois moulé.

En réalité, le couple inséparable salière et poivrière, résolu ou contraint à prendre la même forme esthétique, ne se perdent de vue qu’un bref instant sur une table sous l’effet de lancé de phrases : « Passe moi le poivre & Passe moi le sel ». L’essentiel est dit. A vous d’apprécier le format et le design de vos poivrières et salières préférées.

A ce stade de la discussion, savez vous qu’il faut une tonne de sel pour conserver quatre tonnes de harengs ? Voilà qui est dit…