Christophe Cressent, élevé au levain depuis quatre générations

Notre boucle de rêves au travers des Hauts-de-France et de la Normandie nous emmène sur la place du Vieux-Marché de Rouen à la rencontre de Christophe Cressent, Meilleur Ouvrier de France (MOF) boulanger et ancien professeur à l’Institut National de la Boulangerie Pâtisserie à Rouen. « Ma Boulangerie », sa boulangerie, LA boulangerie tant sa réputation fait déplacer les amoureux du pain. Christophe vit une passion constamment curieuse pour le pain depuis tout petit puisqu’il est la quatrième génération de boulangers pâtissiers. C’est un amoureux du savoir-faire et des produits.

Généreux

Il cultive un éventail de pains travaillés au levain naturel avec des farines biologiques sélectionnées, affectionnant particulièrement le seigle. Il confectionne des brioches feuilletée,  Chocolat blanc et Saint Germain, des tartes au caramel, au chocolat, tatin, des ensembles savoureux au nez, au regard et au gout. Avec ses deux établissements, il régale petits et grands considérant que le beau et bon pain doit rester à la portée de tous : « le prix de ma baguette n’a pas augmenté depuis que j’ai créé ma boulangerie ».

Sensible

« J’ai toujours été amoureux et baigné dans les saveurs, les bonnes choses au travers d’un jardin et d’un verger familial ouvert aux autres.» L’apprentissage des saveurs et des goûts perdure dans l’esprit de Christophe Cressent. Convaincu qu’il faut transmettre, il s’attache à percevoir chez ses apprentis cette sensibilité qui fait la différence. « Cette sensibilité que l’on perçoit naturellement en prenant du temps avec les plus jeunes qui veulent faire ce métier » C’est dans cet esprit que Christophe remet au goût du jour un souvenir d’enfance : une compote de pommes confectionnée par sa grand-mère se glissera dans l’une de ses bûches de Noël.

Bienveillant

« Connaissant l’association Rêves, j’ai foncé derrière l’initiative de notre président. Il est important de se dire que nous ne sommes pas seuls, que nous avons de la chance à être en bonne santé et à nous plaire dans notre métier. J’ai pris l’habitude d’accompagner des associations moins connues mais qui apportent du soutien quotidien à des personnes démunies. C’est important pour eux, c’est aussi important pour nous. Notre société s’accélère et nous devons être solidaires au quotidien de celles et ceux qui ont un peu de mal à suivre ce rythme imposé et pas très naturel. Il est bien et nécessaire de collaborer à des associations comme Rêves et de partager les rêves de ces enfants afin de les concrétiser .»