Jean-Jacques Durand : Handicap Gagnant

La nature a tracé au fil des temps et des occupations, des paysages, des rythmes et des reliefs. L’occupation par l’homme modifie les rythmes tracés par la nature avec plus ou moins de réussite et plus ou moins d’efficacité. Très naturellement, la nature aime reprendre ses droits. Face à elle, des hommes et des femmes préfèrent observer cette nature, jouer avec elle dans l’intérêt de chacun.

L’Audacieux que nous faisons le choix de vous présenter est un personnage naturellement discret, armé de ses célèbres bretelles, Jean-Jacques Durand fait partie des ces passionnés de l’observation, dans des domaines ou parfois les utilisateurs sont plus préoccupés par la performance. Aujourd’hui, le fondateur du groupe Najeti, nous reçoit dans un univers de passionné, le Golf de St Omer qu’il a créé de toutes pièces.

Ancien élève de l’Essec, celui que les parents auraient voulu voir chrétien et polytechnicien, chrétien étant plus facile selon lui que polytechnicien, il ne
conserve que de bons souvenirs de sa scolarité puisqu’il y rencontre son épouse comme il aime à nous le dire ! A la suite de sa scolarité et de son mariage, Jean-Jacques Durand retrouve les antres de la cristallerie d’Arques dont le père, Jacques assurait la présidence et l’expansion. Il s’est vite rendu efficace et observateur dans ses différentes fonctions. Son père, connu pour ses démarches en matière de politique sociale et d’amélioration des conditions de travail de ses employés, il contribuera au développement de l’entreprise à l’échelle mondiale, en faisant passer son effectif de 250 salariés à près de 16.000. Le groupe fut à l’origine de plusieurs mutations des techniques de productions avec notamment le lancement des verres décorés, opales et en couleur. Ce qui à la base aurait pu être une anecdote technique et commerciale, notre audacieux prend plaisir à nous compter l’histoire de ce verre noir, noir en raison d’une saturation en manganèse. Fin observateur de la mode, Jean-Jacques Durand proposa rapidement à son père une premiere production de ce verre noir de 500 tonnes, soit environ un million d’articles. « Rapidement, il y a avait du verre noir dans toutes les maisons, et nous en avons vendu jusqu’à 2300 tonnes dans le mois.»

Outre l’histoire familiale de la cristallerie, le père de Jean-Jacques Durand avait déjà travaillé à l’idée de créer un golf sur Hardelot. Il est bon de rappeler que l’univers du golf a rapidement marqué l’univers familial puisque la mère de Jean-Jacques Durand, Odette Percepied, fut trois fois championne de France de Golf. À la suite de cette tentative de son père et motivé par l’envie de trouver un site, Jean-Jacques Durand s’est mis en quête de terrain pouvant accueillir un futur golf. Le charme et le pouvoir de la nature ont su saisir l’attention de celui-ci. Après avoir échoué dans l’idée de créer un golf en proximité de l’Abbaye de Witz, il poursuit sa démarche, sa quête foncière, pour finir au fil de ses déplacements entre la cristallerie et la côte d’Opale, par se poser sur les hauteurs du terrain actuel du Golf de St Omer. Pouvoir de séduction de la nature, concordance de situations, Jean-Jacques Durand était à l’époque directeur commerciale de la Cristallerie d’Arc. Rassuré par son père lui confiant que son activité à l’usine se portait bien, il pouvait trouver le temps pour développer ce projet. Au fil des prochaines années, il s’engagea dans ce projet. Motivation faisant, l’acquisition s’est faite en quelques mois et Jean-Jacques Durand s’est attaché à mobiliser les golfeurs de la région en parallèle du choix d’un architecte pour parfaire ce projet. Maquette en main, Jean-Jacques Durand nous raconte avec passion comment ils ont élaboré cette maquette avec la plus grande finesse pour convaincre les partenaires. Fort de son pouvoir de persuasion, Jean-Jacques Durand lance l’aventure en fin d’année 1987 pour une ouverture du site en 1990. Jusque 1999, Jean-Jacques Durand profite de son temps libre pour développer le golf de St Omer. Comme il s’amuse à nous le dire et comme lui disait son père : « si vous n’avez pas fini votre travail à l’heure, c’est que vous êtes mal organisé »

A son départ de la cristallerie en 1999, il décide de consacrer son temps à l’évolution du Golf et à la création du Groupe Najeti, groupe familial, qui gère une chaine d’hôtellerie de 8 hôtels haut de gamme et si possible au plus près d’un golf. Trois décennies plus tard, c’est le même terrain et ses mêmes courbes labellisées, ses mêmes reliefs qui font la renommée du site. Outre, le rayonnement sportif du golf, faisant de l’Open golf le deuxième tournoi français, Jean-Jacques Durand et son équipe célèbrent une gestion raisonnée et moderne du golf, faisant de lui à la fois une référence sportive ainsi qu’une référence environnementale.

« Dans mon sac de golf, j’ai un couteau suisse. Il me sert au fil de mes parcours du golf pour retirer les mauvaises herbes ». Attentif à l’évolution et à la construction du Golf, Jean-Jacques Durand a dès le début de son aventure prêté une attention particulière à la nature, aux plantations, à l’évolution des gazons tout en respectant le jeu. Les arbres sont devenus des acteurs du tracé de golf, présents sur certains trous. De la même façon, la végétation et les plantations sont venues réguler la gestion des eaux pluviales et des sols humides. « Il est toujours intéressant d’aller dans le sens de la nature » nous confie Jean-Jacques Durand comme une sorte d’évidence et une mise en garde à celles et ceux qui ne la prenne pas en compte dans la gestion de leurs équipements. Cassant ainsi la réputation des golfs voraces et ignorant de la nature, certains trous et zones du golf sont formés des pâtures d’origines sans apport ou modification des terrains. Elu golf de l’année en 2016, le Golf de St Omer est dans un challenge constant permettant d’être des plus performants en termes de gestion de l’eau, de gestion d’apport de levure et de champignons positifs, et d’aboutir ainsi à l’équilibre de la faune et de la flore rendant le golf pérenne. « Il y a ici un enrichissement naturel » comme aime à le résumer Jean-Jacques Durand. Enrichissement naturel du site mais aussi enrichissement des équipes qui travaillent sur ce Golf. Ces derniers, initiés par Jean-Jacques Durand au rythme de la nature, apprennent à lutter contre le pire des maux, la fusariose, qui aime se développer en période hivernale.

Jean-Jacques Durand est de ces hommes initiateurs de modernité tout en portant des combats ou des engagements personnels avec la même discrétion et sérénité qu’il a adopté dans la gestion de son golf. En lançant un tournoi handisport et en associant valides et handicapés, un thème cher au cœur de notre audacieux pour lequel il a constitué une Fondation en 1999, La maison de Pierre vouée à l’accueil des enfants autistes et trisomiques, il s’attache à ouvrir l’univers du golf au plus nombreux : Journée portes ouvertes avec initiation gratuite, formule chambre et green fee, partenariat avec les écoles et équipement Handigolf. Notre audacieux joue délibérément la carte de la démocratisation et de la connaissance pour permettre à chacun de s’inspirer de ses expériences et des savoirs acquis sur le site du Golf de St Omer.