Chef Marinier

Quand un Havrais fait de la mer son parcours initiatique en cuisine… rien d’étonnant. Quand il s’amourache des côtes bretonnes, normandes et du Nord de la France, tout comme de celles des pays du Nord de l’Europe et d’Irlande, autant dire que son avenir ne pouvait se tracer qu’en bord de mer. Mickael nous reçoit dans son établissement Planète Océan avec une vue naturelle sur le port d’Étaples.

Né en 1976, dans le quartier de Caucriauville au Havre, ville portuaire et industrielle qui marque son enfance, Mickael Auvage s’oriente vers l’univers de la restauration, CAP, BEP s’enchaînent et l’envie de prendre le large et de faire un stage le plus loin possible, « envie de bougeotte, de découvertes ». « En échouant en pointe Bretagne, dans ce restaurant si particulier, j’ai appelé mes parents dès le premier soir pour leur dire : c’est cela que je veux faire !…. J’ai découvert et aimé ce double métier qui impose le travail des produits et la relation avec la clientèle… une activité toujours en mouvement… J’ai adoré et cela rejoignait mon esprit de compétiteur. J’enchaîne le Bac et toujours la même envie de découvertes en prenant la direction des Pyrénées Orientales, changement de cap, en accostant en Pays Catalan. »

Embarqué sur un chasseur de mines pendant son service national, Mickael, désireux de naviguer, ce qui semble du plus évident pour un Havrais, découvrant « ses » côtes du Havre côté mer,  voit défiler le littoral du nord de la France et de l’Europe… Futur accostage pour lui. « Le bateau est parti déminer au large du Havre, j’ai découvert le Havre côté mer, un émerveillement pour moi, et au fil de nos déplacement maritimes jusqu’en Suède, j’ai naturellement croisé les plages du Touquet. »

« J’ai toujours été attiré par la mer, tant sur le Havre qu’ici sur la Côte d’Opale. Avec le souvenir de mon premier stage en Bretagne, dans un restaurant dont le chef était aussi marin, patron de pêche… J’ai adoré cette ambiance… bercé par les musiques celtiques et irlandaises que j’ai également découvertes au fil de mes voyages et de mes expériences.»

De retour au Havre, un amour de jeunesse emmène Mickael en direction du Touquet. Aidé par Philippe Belissent, ami de Mickael, et aujourd’hui jeune chef étoilé de la table Cobéa, à Paris, il fait connaissance avec « la Grenouillère » de la Madelaine-sous-Montreuil et son propriétaire, Roland Gauthier, porteur d’une étoile Michelin depuis 1984. « J’ai partagé de nombreux moments avec Roland Gauthier, l’apprentissage des produits, de la cueillette… De superbes moments… Roland Gauthier m’a ensuite orienté aux Pêcheurs d’Étaples, car Gérard Auvray, le chef était son second de cuisine avec lequel il avait gagné son étoile Michelin. J’avais rendez-vous à 9h au Westminster avec William Elliott puis à 11h avec Gérard Auvray, accueilli à la poissonnerie des Pêcheurs d’Étaples … et j’ai signé chez les Pêcheurs. »…

Propulsé à l’âge de 25 ans chef de la brasserie Planète Océan, un présage pour un amoureux des voyages et de la mer, une brasserie de 250 couverts et une équipe de 8 personnes en cuisine, Mickael est armé pour affronter vents et marées. Ce nouveau challenge, avec vue sur le port d’Étaples, est une nouvelle étape dans la vie de ce marin cuisinier. « En voulant travailler des produits plus sympathiques, je me suis approprié une nouvelle équipe pour bénéficier aujourd’hui d’une jolie réputation et découvrir la direction depuis 4 ans de l’ensemble de l’établissement. » « Mon objectif est de devenir une référence sur le rayon Lille, Bruxelles, Angleterre, jusqu’à Deauville. » Un retour aux sources et un clin d’œil à sa sœur qui pilote un établissement au pied de Sainte-Adresse surplombant le Havre.

« Je suis satisfait de mon parcours rapide, dans mon élément, en bord de mer, et ravi de progresser dans mon challenge qui était de créer une jolie ambiance, visible pour le client, et un lien fort entre les cuisines et la salle. C’est un élément important pour moi dans un établissement qui accueille 60.000 clients par an et 60.000 personnes qui me livrent leur sentiment sur le territoire. Cela me permet de participer aux réflexions sur celui-ci.  »

Michael a créé un lien permanent entre la Côte d’Opale et la Normandie travaillant aujourd’hui avec des voyagistes et les cars Perrier… la même société qui emmenait auparavant le père de Mickael sur son lieu de travail au Havre. Imbriqué dans l’univers culinaire de la Côte d’Opale, Mickael savoure les aventures locales au Mareis ou avec l’office du Tourisme ou encore la Fête de la Coquille. Il fait partie de ces nouveaux acteurs du territoire fidèle à son bocage normand et qui aime créer du lien social sur la Côte d’Opale et le diffuser. Rendez-vous vous est donné dans les prochaines semaines pour savourer en compagnie de Mickael la découverte de la Noix de Saint-Jacques avec celui qui aime présenter son établissement comme le « petit frère des Pêcheurs d’Étaples. »