Moi, la matière

Je suis, par essence, une chose matérielle… j’habille et je suis…

Ils me couperont, me martèleront, me façonneront, me lisseront,

Ils me prodigueront leurs plus douces caresses, me passeront de mains en mains,

Ils me pétriront, me perceront le cœur, feront couler l’étain brulant sur moi…

 De tous ces moments passés avec chacun d’entre eux, Enfin, je prendrais corps…

En cuivre, en inox, ou encore en aluminium, mes montures seront toujours différentes,

Je pourrais revêtir toutes les formes et toutes les couleurs. Tout me sied.

 Personne ne sait encore que mon ventre est le domicile de jeunes étoiles.

De jeunes étoiles culinaires…

Qui aurait imaginé qu’une casserole puisse s’exprimer d’une manière aussi charnelle, aussi désirable ? Certainement Valérie Le Guern Gilbert, 7e génération de dirigeant de l’entreprise Mauviel. Elle porte et exporte le savoir-faire de sa famille dont l’origine puise dans les racines et l’histoire de son terroir normand. Découverte.

La Manche et son bocage, à quelques encablures d’Avranches, là se trouve la petite ville de Villedieu-les-Poêles. Villedieu, parce qu’elle fût fondée par des chevaliers pieux ? Les poêles, parce qu’elle abrite Mauviel ? Cette ancienne cité moyenâgeuse, fondée au XIIe siècle par les chevaliers de Malte a connu dès sa fondation un puissant essor commercial. Ce dynamisme résultait de ses droits et exemptions d’impôts royaux comme de sa situation de halte pour les pèlerins se rendant au Mont-Saint-Michel. Forte de ces attributs, la ville vit se développer en son sein l’artisanat de la forge, de la chaudronnerie, de l’étamage. De l’art de la cloche à celui de la fabrication de toutes formes d’objets usuels en métaux, la ville a acquis au cours des siècles ses lettres de noblesse.

Entreprise familiale et développement international

D’Ernest hier à Valérie aujourd’hui, sept générations successives de dirigeants ont façonné l’histoire de Mauviel, mais également celle de la célèbre cité du cuivre. En 1830, au coeur de Villedieu-les-Poêles, Ernest Mauviel crée les Établissements Mauviel, fabricants d’ustensiles de cuisine. Si la petite fabrique quitte le centre-ville dans les années soixante pour les hauteurs de la ville, elle demeure un symbole fort de l’activité économique du bassin du Mont-Saint-Michel. Il faut dire qu’en 180 ans, l’affaire s’est bien développée, suivant une croissance raisonnée. Aujourd’hui, la petite centaine de salariés s’affaire dans un complexe composé de deux usines de production et d’une plateforme de stockage. Le tout sur une surface de près de 20 000 m2. Le chiffre d’affaires, 10 millions d’euros en 2014, est issu à 80 % du réseau de commercialisation externe.

Les établissements Mauviel sont aujourd’hui le leader mondial du cuivre culinaire. Ils exportent majoritairement leur production, dans 50 pays, dont les États-Unis, principal client étranger. L’entreprise a du nez pour repérer les besoins et les tendances du marché :  ainsi, Jean-Marie Le Guern, père de Valérie, propose, à la sortie de la Deuxième Guerre mondiale, des produits en aluminium idéals pour équiper les foyers à une période où le cuivre est devenu onéreux. Quinze ans plus tard, il surfe sur le boom économique américain et sur l’image de notre pays en   matière   de   gastronomie pour se lancer à l’export. Bien lui en a pris, car les Etats-Unis assurent aujourd’hui 30 % des ventes de Mauviel ; avec notamment, comme distributeur depuis 1951, Williams Sonoma qui possède, à ce jour, 250 points de ventes outre-Atlantique. Une démarche qui aboutit en 2004 à la création de la filiale US située à New Castle (Delaware) et qui emploie une centaine de représentants.

En 1995, Mauviel décide de s’attaquer au marché du grand public avec des collections en cuivre, inox et aluminium. L’utilisation de matériaux innovants et la finition exceptionnelle de leurs collections permettent à l’entreprise Mauviel de se situer au premier rang des marques culinaires.

En 2006, Valérie Le Guern Gilbert et Vincent Le Guern reprennent l’entreprise familiale et garantissent une tradition qui a aujourd’hui 180 ans. Grace à la qualité exceptionnelle de ses produits, Mauviel équipe à travers le monde un grand nombre de cuisiniers étoilés. Les performances de ses produits ont une solide réputation auprès des Chefs et de ceux qui rêvent de le devenir.

Une identité forte en France… et à l’étranger une image authentique !

 Difficile de se faire un nom quand personne ne peut le voir ! Jusqu’en 2003, les produits de l’entreprise étaient certes estampillés … mais au nom du client. Maintenant, « Mauviel 1830 » figure sur les produits ainsi que la signature « Design et héritage ». Une manière pour l’entreprise d’associer son savoir-faire avec la contemporanéité. Un dépoussiérage marketing effectué sous la houlette de Valérie Le Guern Gilbert : fini les noms de produits aux références absconses axés sur les caractéristiques techniques, places aux désignations claires et attirantes, comme M’Héritage ou encore M’Tradition.

La mention Made in France, présente sur tous les ustensiles depuis les débuts de la société, est remplacée l’an dernier par « Made in Normandy – France ». La référence à la région connue à l’étranger, particulièrement des Américains, premiers clients à l’export de Mauviel, accentue l’authenticité de la marque et par extension, renvoie une image qualitative de ses produits.

Dans cette optique de promotion du savoir-faire made in France et made in Normandy, Valérie Le Guern Gilbert multiplie les actions collaboratives.

Elle associe le développement de ses collections à de grands noms de la gastronomie française au rayonnement international, à l’instar du chef Yannick Alliéno, cofondateur du groupe éponyme, dont la vocation est de diffuser des concepts et des produits signés en France et à l’international dans le domaine de la restauration de luxe.

Cette passionnée d’excellence initie également une démarche liée à l’innovation et au design en proposant aux étudiants en Master « of Advanced Studies in Design for Luxury & Craftmanship » de la prestigieuse ECAL (École Cantonale d’Art de Lausanne) de plancher sur de nouveaux usages et formes à partir des savoir-faire Mauviel. Les 23 projets qui sortirent de cette expérience furent présentés cet automne lors d’une exposition à la Cité de la Mode et du Design à Paris. Dans cette même démarche, l’entreprise projette d’intégrer dans ses locaux un atelier favorisant l’apprentissage de ses savoir- faire, comme celui de l’étamage, procédé manuel qui consiste en l’application à chaud d’une fine pellicule d’étain empêchant l’oxydation du cuivre à la chauffe des produits salés. Ce savoir-faire là, Mauviel est la dernière entreprise au monde à le maîtriser !

Enfin, Mauviel 1830 s’associe à un grand nombre d’événements culinaires comme les prestigieux Bocuse d’Or, le Gault&Millau tour ou le Festival Omnivore qui fait le tour du monde chaque année. Poêles, casseroles, moules, plats et autres poêlons à Zabagliones estampillés Mauviel 1830 sont loin d’avoir fini de révéler les saveurs des cuisines aux étoiles, elles pourraient même, sous d’autres formes innovantes et dans l’air du temps, en inspirer de nouvelles, de Villedieux-les-poêles aux confins de l’univers de l’excellence et au-delà !